LES REALISATIONS

                   CONSOLIDATION DES PUITS MARAICHERS EXISTANTS


5 novembre 2010 : signature de la convention de Partenariat avec l'ONG nigérienne
                            ADDS (Alliance pour le Dévelopement Durable et la Solidarité)
 Cette ONG , déjà notre partenaire pour l'action "santé", connaît bien la culture touarègue ainsi que la
  problématique des puits pour en avoir elle-même consolidé dans la région de l'Aïr. Deux atouts, gage
  de la réussite !
  Son rôle est d'assurer la gestion administrative, technique et financière de l'action.

10 janvier 2011 : nous versons les 6 251 € nécessaires à la consolidation de 2 puits de 13 m  de                                        profondeur suivant convention
 Le coût des travaux a pu être réduit grâce à la participation des jardiniers bénéficiaires :  ils prennent à leur
 charge tous les travaux d'aménagement interne du puits avant de commencer les travaux de "busage"              proprement dits ainsi que la fourniture du gravier et du sable pour le béton. Ils participent aussi aux travaux
 de main d'oeuvre notamment pour aider le puisatier à exécuter le travail.


1er février 2011 : début des travaux des trois premiers puits (2 puits de 8 m et 1puits de 10 m)   
                                   eh oui, c'est moins profond que prévu !
  Différents courriels nous tiennent au courant de l'évolution des travaux : tout va bien, le planning est respecté! 

Fin mars 2011 :  nous recevons des photos !

    Les matériaux, le moule, les fils ainsi que le petit matériel (seaux, brouettes, pelles) sont arrivés!

             

                                                   
                                                     

   Les travaux de "busage" commencent : les buses en béton armé  sont coulées dans le puits à partir
  du fond (juste à la limite de la nappe phréatique) et empilées au fur et à mesure (une buse -1,40 m x 1m-
   une fois moulée et mise en place  dans le puits n'est démoulée qu'après une jour de séchage). A la  troisième buse,
  le puisatier c'est-à-dire le maçon spécialisé (que l'on voit dans le moule), afin d'être à la hauteur de la
  nouvelle buse, se met sur  une plateforme qu'il déplace au fur et à mesure que les buses montent.


                   

                                      Le travail communautaire est une réalité chez les Touaregs !
   
                         
        
     
      Le rôle du "plongeur" est  d'effectuer "la mise en eau" : à la cinquième buse (pour un puits de
      8 m de profondeur), il " sur-creuse"  le puits dans la nappe phréatique jusqu'à la profondeur voulue
      (ici, 3m). Au fur et à mesure qu'il descend dans la nappe, la colonne des buses déjà placées descend
      en même temps. Travail difficile pour lequel il faut savoir se déplacer en apnée !
     
Une fois que, dans la nappe phréatique, la profondeur voulue est atteinte, le puisatier continue à
      couler et empiler les dernières buses.

                                       


       La dernière buse  est achevée  .......                               
                 elle doit encore descendre de moitié                          L'intérieur du puits consolidé !

                     
                                
      





Maintenant que le puits dispose d'une structure stable, le tuyau de pompage
peut être mis directement dans le puits
et .........  les parcelles peuvent être
irriguées régulièrement !
 

                                                       Irrigation et repiquage des  oignons

                  

                                                                      Semis d'oignons

                   

               
             

La tomate qui, comme l'oignon se vend séchée, est aussi cultivée à Ouadenine




 
 



   Janvier 2012  : cinq puits sont consolidés (2 de 9m, 2 de 7m et 1 de 8m)

   Décembre 2012 - Janvier 2013 : trois puits (2 de 10 m et 1 de 6 m) sont à nouveau
   consolidés

   Janvier - février 2013 : les travaux des trois derniers puits se terminent (1 de 10 m
   et 2 de 8m)

   
A ce jour, 14 puits maraîchers, répartis dans l'espace "jardins" ont été consolidés
    permettant à toutes les familles de disposer d'une eau de meilleure qualité et aux
   maraîchers, d'irriguer régulièrement leurs parcelles.



                  Vivre dignement dans notre "oued", voilà ce que nous demandons !
                  Merci de nous y aider


retour page accueil