LES REALISATIONS

                   MISE EN PLACE D'UNE AIDE MEDICALE DANS LE VILLAGE


 28 mai 2010 : l'action démarre !


 1ère phase : les 3 élèves-secouristes reçoivent une formation de 7 jours sur les soins
                    primaires (du 28 mai au 3 juin 2010)

 
Les 3 futurs secouristes (2 femmes et 1 homme) sont originaires du village d'Awoudenine et sont plébiscités  par la population .

 Il faut rappeler que le rôle principal du secouriste est de donner les soins primaires et qu'en aucun  cas, il ne  peut se substituer à un infirmier et encore moins à un médecin. C'est aussi un agent de  sensibilisation de la  population afin que celle-ci change de comportement pour promouvoir sa bonne  santé.

 Un local est mis à disposition des formateurs par la population. Les cours débutent chaque jour à 8h pour se
 terminer à 15h.
 L'un des formateurs est infirmier au District Sanitaire de Tchirozérine et l'autre formateur, infirmier au Centre  de Santé d'Agharous.

 Les objectifs généraux de cette formation sont :
  •   la promotion d'une nutrition correcte
  •   la promotion d'un approvisionnement convenable en eau saine
  •   l'explication de mesures d'assainissement de base
  •   le traitement approprié des maladies et des traumatismes courants
  •   l'éducation concernant les problèmes de santé prédominants
  Nous avons reçu le détail du contenu de chacun de ces objectifs. C'est ainsi que pour les maladies et
  traumatismes courants, sont repris les fièvres, les douleurs (ventre, cou, dos),les affections de l'oeil, les maux
  d'oreille, les affections de la bouche, les maladies du nez, les brûlures, plaies et hémorragies

  La  méthode pédagogique appliquée consiste en  des exposés suivis de discussions, des jeux de rôle,
  des démonstrations et une évaluation des connaissances de chaque élève. En fonction du contenu des
  thèmes, les formateurs utilisent des fiches pédagogiques apportées par eux ou utilisent du matériel trouvé sur
  place afin de faciliter la transmission du message.

  Voici par exemple la fiche utilisée pour expliquer "la prévention et le traitement du paludisme".
   

     



  2ème phase : la mission de ravitaillement de 4 jours (du 22 au 26 juin 2010)

  
Chaque secouriste reçoit un stock de médicaments génériques les plus utilisés et du matériel médical de
  base.

   
         le formateur répartit médicaments et                  les trousses des secouristes sont prêtes !
                        matériel médical

   Cette formation de 4 jours a pour but de former les élèves-secouristes à l'utilisation correcte des
   médicaments et au maniement du matériel .
                

   L'aspect Gestion n'est pas oublié !
   Les deux formateurs convoquent une assemblée générale dans le village afin de fixer le prix des médicaments:
   celui-ci devrait dégager une somme  permettant à la fois d'effectuer le renouvellement du stock  et de
   dégager les frais de prestations des secouristes ; un tarif est retenu .
   Un Comité de Santé composé de 9 personnes est mis en place ; son rôle est de garantir l'application des
   décisions prises en assemblée générale. Le chef du village est Président d'honneur du Comité.


 3ème phase :  le 1er "suivi-évaluation" par l'infirmier (les 25 et 26 septembre 2010)
 
  L'objet de cette mission est de :
  • répertorier les difficultés rencontrées par les secouristes durant les 3 premiers mois de leur pratique
  • rencontrer la population et s'enquérir de son avis sur les prestations des secouristes
  • voir comment améliorer les services des secouristes
     
                                       
Deux des trois élèves-secouristes en consultation

    Le rapport mentionne les points suivants :
  • le travail des secouristes : le paludisme a fait son apparition dans le village (pluies abondantes en septembre !) mais la situation est maîtrisée : les secouristes ont fait face et ont distribué les médicaments adéquats ; le stock de médicaments est suffisant et les secouristes maîtrisent assez bien leur utilisation ; une demande d'aspi-venins est faite par les secouristes pour traiter les piqûres de scorpions. 
  •  l'avis de la population : elle est satisfaite des services des secouristes qui, parfois, se déplacent jusque chez le patient .....  le village s'étire le long du kori sur une longueur de 15 km  ! ; ce jugement rejoint d'ailleurs celui d'Aboli dans différents courriels qu'il nous envoie.
  • les améliorations à apporter : certains patients ne peuvent pas payer et demandent un crédit aussi bien pour les médicaments que pour la consultation: le Comité de santé a sensibilisé les villageois en leur expliquant que le non-paiement mettait en danger la pérennité de l'action. Une nouvelle évaluation sera faite lors de la prochaine mission de "suivi-évaluation".
            
    Une bonne nouvelle
       
Ce 17 janvier 2011,  la Croix-Rouge de Belgique, section locale d'Ottignies-LLN, nous informe qu'elle
          a envoyé 5 aspi-venins et des pochettes de pansements.
          Le colis arrive à la poste d'Agadez le 22 janvier !

    

   3ème phase : les 2ème et 3ème "suivi-évaluation" par l'infirmier-formateur
                                                                       (les 21 et 22 janvier - 3 et 4 avril 2011)

        
L'objet de ces deux missions est de :
 
                 * solutionner les problèmes rencontrés par les secouristes
                 * contrôler le contenu des trousses de médicaments
                 * former les secouristes à l'utilisation de l'aspi-venin (3ème mission)
                 * connaître la solution apportée au non-paiement des consultations et médicaments

          Le rapport mentionne les points suivants :
                  * solutionner les problèmes rencontrés plusieurs patients se plaignent de maux de ventre
                     et administrer des antidiarrhéiques  pourrait soulager certains d'entre eux mais ces médicaments
                     ne peuvent être prescrits que par un infirmier ; il leur est donc suggéré de se rendre au
                     dispensaire le plus proche et de demander l'autorisation d'acheter et de prescrire ces
                     médicaments.
                  * contrôler le contenu des trousses de médicaments : les médicaments sont bien conservés et les
                    dates de péremption sont encore éloignées ; le stock est encore suffisant.
                  * former à l'utilisation de l'aspi-venin : voir les photos ci-dessous
                  * solution au non-paiement de la part de certains patients : les villageois semblent comprendre que
                     recevoir les soins élémentaires et disposer de médicaments  dans le village facilitent  leur
                    quotidien ! aussi, les crédits accordés se remboursent. L'action de sensibilisation du Comité de
                    Santé a donc porté ses fruits.
             Abéhi, l'infirmier-formateur, estime que les secouristes maîtrisent bien les actes médicaux qu'ils posent
             ainsi que la gestion des médicaments et ont bien compris leur rôle "d'agent sensibilisateur" pour une
             meilleure santé auprès des familles.

          Voici quelques photos

                       
             
l'élève- secouriste homme                  préparation des médicaments nécessaires
                     droite) et son formateur                                           à la consultation

              
                                                    leçon sur l'utilisation de l'aspi-venin

                    
             diagnostiquer n'est pas toujours facile !         inventaire des médicaments et contrôle
                                                                                                des dates de péremption
   

     3ème phase :  le 4ème "suivi-évaluation"  par l'infirmier- formateur
                                                                                              ( les 25 et 26 juin 2011)


     Le programme de "formation aux premiers soins" des 3 secouristes touche à son terme.  Un dernier
     débriefing a lieu en présence du représentant de l'ONG ADDS, notre partenaire au Niger.
     Chacun des 3 secouristes a l'occasion d'exprimer les difficultés rencontrées durant l'année de
     formation ainsi que formuler des suggestions pour améliorer ses prestations et la gestion des médicaments.
     Abéhi, l'infirmier-formateur, répond aux questions et donne les derniers conseils.

     Son rapport mentionne que les trois secouristes :  
  • maîtrisent très bien la posologie des médicaments
  • surveillent les dates de péremption des médicaments (Abéhi n'a trouvé aucun médicament périmé dans les trois trousses !)
  • respectent les limites de leur rôle de secouriste : ils sont conscients qu'ils ne peuvent  introduire un nouveau médicament dans leur trousse qu'avec l'autorisation de l'infirmier du dispensaire qui l'aura prescrit au malade avec indication de la posologie et de la durée du traitement 
  • gèrent financièrement au mieux le réapprovisionnement des médicaments assurant ainsi la pérennité de l'action.
                           
              A l'écoute du secouriste-homme                                   Abéhi rédige le dernier rapport            
                     
     En conclusion
        Merci aux "secouristes-volontaires" qui tout au long de leur formation ont gardé intacte leur motivation
        d'apprendre. A eux maintenant d'aider la Communauté en mettant en pratique tout ce qu'ils ont appris !
        Nous saluons aussi la compétence des deux infirmiers-formateurs qui ont suivi scrupuleusement le
        programme établi par notre partenaire nigérien et assuré le suivi nécessaire auprès des élèves-secouristes.
        Enfin, nos remerciements vont aussi à l'ADDS, notre partenaire sur place, qui a coordonné toute l'action
        avec beaucoup de sérieux.

         

    Mais l'action n'est pas terminée
puisque les 2 femmes-secouristes, Tchiminoua et
   
Hidijita, demandent une formation de matrone (sage-femme)
    
    Début août 2011, les voici de retour au village  après
         1 semaine de théorie au Centre de santé d'Egandawel (à 12 km du village)   et
         1 semaine de stage au Centre des Soins Intégrés de Tchirozérine (à 40 km du village)
   
                               

                 Elles sont fières de nous montrer le contenu de leurs trousses pharmaceutiques 

                                                 
         alèze, gants, pinces, ciseaux, haricot, ruban, compresses, savon, bétadine, fer acide folique, ........

                                                                                       
                      
      Le rôle principal de la matrone est préventif :
              assister les accouchements eutociques ( normaux) et dispenser les premiers
              soins au nouveau-né

     Les objectifs généraux de la formation
sont :
  • éduquer les femmes en matière d'hygiène corporelle, environnementale et nutritionnelle (à Ouadenine,  les femmes fabriquent du fromage à partir du lait des chèvres : des consignes d'hygiène quant à sa conservation leur ont été données)
  • surveiller  et suivre  les femmes enceintes (distinguer les grossesses normales des grossesses pathologiques)
  • faire face et soigner les complications de l'accouchement et de la délivrance 
  • suivre la mère en post-partum immédiate et dispenser les premiers soins au  nouveau-né
  • renseigner les mères - pour le suivi de leurs enfants de 0 à 5 ans - en matière de vaccination et de nutrition    
  • conseiller les femmes en matière de planification  familiale et de maladies sexuellement transmissibles
  • aider les parents dans le cadre des déclarations de naissance de leurs enfants.
     Comme pour la formation des secouristes, les 2 infirmiers- formateurs utilisent la méthodologie
      
basée sur des exposés suivis de discussions, des démonstrations avec utilisation d'un mannequin,
       des jeux de rôles et des évaluations continues.

      Une formation pratique est bien nécessaire !
     
C'est dans la maternité du Centre des Soins Intégrés de la mission catholique de Tchirozérine que les deux
      élèves suivent un stage d'une semaine.
     
 L'objectif est bien sûr de participer activement à un accouchement.

       Le 28 juillet (2ème jour du stage), une future maman se présente à la consultation prénatale : les premières
       contractions ont commencé..... nos deux élèves-stagiaires se préparent !
 
       La sage-femme qui les encadre, met l'accent sur les points suivants :
  • prévenir  l'infection : précautions nécessaires à prendre pour un accouchement "propre"
  • préparer (en tenant compte du point précédent) le matériel et l'équipement nécessaires
  • informer et soutenir psychologiquement la future maman tout au long du travail 
  • dispenser les soins immédiats au bébé et notamment "clamper" et couper le cordon ombilical 
  • aider la mère à commencer l'allaitement maternel
  • assurer le suivi du nouveau-né (soins oculaires, ...)                      
     Le rapport de formation précise que les deux matrones-stagiaires ont eu l'occasion de "pratiquer" lors
     d'autres accouchements durant les jours suivants.

      le 25 novembre 2011, nous recevons un courriel de la part d'Aboli :         
          "bonsoir Rose Marie, André
           c'est pour vous dire que le sage femme qui on eté forme vraiment il travail, meme dans les
           alentours de village si ya une femme qui va acouché il aporte leur aide a chaque fois, et les gens
           sont telement content de ces actions.
           merci et bientot Aboli. "  


      Juillet 2014  
     
Le secouriste et les secouristes/matrones suivent, à leur demande, une formation de 7 jours (du 12
      au
 18 juillet) dans le Centre de santé Intégré d'Egandawel (à 12 km d'Ouadenine) dont le but est
     
d'actualiser leurs connaissances.
     
La formation est assurée par Abéhi, l'infirmier du Centre d'Agharous et Mohamed, l'infirmier du CSI
      d'Egandawel.
 

     Le rapport de formation nous indique que :
       - les 3 secouristes ont approfondi la reconnaissance de certaines maladies telles que le paludisme, la
         méningite, la rougeole, la dracunculose (maladie du ver de Guinée) ainsi que leur prise en charge
       - les 2 matrones ont appris à reconnaître les signes de danger avant - pendant - après l'accouchement
          et comment y faire face : avoir les bons réflexes et les bons gestes.

       La méthodologie :
       Le matin, les cours théoriques sont donnés en s'appuyant sur des supports papier (par ex. des affiches);
       l'après-midi, les élèves procèdent à des simulations avec mannequins et/ou patients.

      Voici quelques photos

             
              
Tchimanoua est très attentive !              Questions/réponses pour mieux comprendre !

                     
                        d'abord, bien regarder ......                                    et ensuite, appliquer !            

             
           
Ahmid, lui aussi, est très attentif  et  note les précieuses informations dans son carnet


           A chacun(e) sa façon de réviser !

      
     " la formation s'est déroulée dans la plus grande sérénité et les élèves ont manifesté
        beaucoup d'intérêt " nous écrivent les 2 formateurs dans le rapport de formation


      FEVRIER 2017
      Les travaux d'aménagement extérieur de la Case de Santé sont terminés  et depuis
      avril-mai 2016, elle est opérationnelle.
      Pourquoi ne pas y dispenser des formations ?
     
        Nous réfléchissons avec le Comité de Santé dont les 2 secouristes/matrones font partie et nous nous
        orientons vers une formation des femmes "aux mesures d'hygiène et d'assainissement       à adopter au quotidien"
     
Il s'agit d'une formation en 2 étapes :
       - d'abord, une formation de 4 jours pour une dizaine de femmes (volontaires) du village
         par l'agent de santé du Centre de Santé d'Egandawel (dont dépend la Case de Santé  
         d'Ouadenine) ;
       - ensuite, durant 1 mois, ces 10 femmes formées organiseront 4 "causeries" auprès des
         autres femmes du village au cours desquelles les participantes prépareront un repas              mettant ainsi en application les règles d'hygiène et d'assainissement recommandées

     Le 23 mai 2017, nous recevons le rapport de formation et quelques photos :

          
     14 mai 2017: les 10 "volontaires" posent pour la         Il fait tellement chaud  que la formation se déroule
       la photo .... parmi lesquelles on retrouve les 2             dans "le hangar" où l'air est plus respirable !
       secouriste/matrone et la présidente de la BC                                                                                     
       
             
                       Assemblée très attentive !                                       Matériel pédagogique moderne !   

           
              Comment se laver efficacement les mains ?          Heureusement, le formateur est là pour  répondre
         démonstration sur l'écran du PC : il y a 7 étapes !                                aux questions !

                                       L'école est finie ...........

        Dans les conclusions du rapport de formation, rédigé par Amès de l'ONG ADDS, notre partenaire à
        Agadez, nous lisons : " Au terme  de ces 4 jours passés avec ces femmes et la population d'Awoudénine,
        nous avons remarqué qu'il y a une évolution notable dans la mentalité et la compréhension du monde
        environnant par cette population comparativement aux années antérieures. Ils se sont  appropriés les
        techniques élémentaires de préservation de leur santé.
        Nous avons demandé à une participante de nous faire un aperçu de ce qu'elle avait appris pendant la
        formation et nous avons été émerveillés par sa présentation"

      .............. mais il faut maintenant transmettre les bonnes pratiques à nos soeurs !

       Durant 1 mois, ces 10 femmes ont organisé 4 "causeries" auprès de leurs consoeurs.
       Amès (notre partenaire à Agadez) nous écrit "A propos des causeries des femmes, ça c'est bien passé
       et Aboli me disait qu'elles ont bien compris le principe de cette formule à tel point que maintenant,
       elles 
se réunissent tous les 15 jours pour parler et programmer des activités en conséquence".
   
         
   
    

   retour page d'accueil