LES PROJETS

                          BANQUE CEREALIERE   


La problématique à la base du projet

Les récoltes de céréales se font d'octobre à la mi-décembre et sont ensuite vendues sur le marché. Cependant, de mai à octobre, période de soudure entre deux récoltes, les céréales se font plus rares sur le marché et leur rareté fait par conséquent augmenter leur prix. C'est ainsi, qu'un sac de 75 Kg de mil vendu 12 000 CFA (18,30 €) en décembre risque de devoir être acheté à 20 000 CFA (30,48 €) en juillet-août!
Pour survivre, les éleveurs sont alors obligés de vendre une partie de leurs troupeaux et les jardiniers, une plus grosse partie de leur production de légumes.
La sécurité alimentaire de nombreuses familles du village n'est donc ni garantie, ni assurée.

Le projet  
               Constituer et gérer une réserve de denrées alimentaires  de base (mil,sorgho, haricots secs
               et huile d'arachide) pour aider les familles à faire face à la période de soudure

Il s'agit de construire dans le village un local où seront entreposées les denrées alimentaires de base achetées sur le marché au moment de la récolte c'est-à-dire lorsque leur prix est raisonnable. Durant la période de soudure, lorsque les greniers sont vides et que les prix grimpent, la banque céréalière vend ces produits aux villageois avec un léger bénéfice. La vente du stock à  un prix social, mais supérieur au coût d'achat, dégage un bénéfice qui, dans un premier temps, est réinvesti dans la banque céréalière ( reconstitution et peut-être accroissement du stock la saison suivante, diversification des produits, amélioration des techniques de stockage) assurant ainsi son autonomie.

Il s'agit aussi de permettre aux membres du Comité de Gestion  de remplir les missions leur incombant qui permettront à la banque céréalière de se développer par la suite sans nouvel apport extérieur.


La mise en oeuvre

Mars 2007 : nous nous rendons à Awoudenine pour finaliser le projet    
  • Discussions et échanges sur la construction du  local en dur ainsi que sur la quantié et la composition des stocks de départ
  • Evaluation du coût du projet
  • Mise en place du Comité de Gestion : rencontre avec les quatre membres et les 2 commissaires aux comptes , explication de leurs rôles respectifs et de la manière de remplir les documents.

     Les membres du Comité de Gestion ; un peu en
     retrait, derrière le Président ..... la trésorière                  Chacun s'applique pour apprendre à bien remplir
                                                                                         les livres de  comptes!

Nous leur parlons de principes élémentaires de bonne gestion dans une optique de pérennité du projet.

Nous décelons chez eux une réelle volonté de réussir et d'améliorer le niveau de vie des habitants du village dans un esprit de solidarité !
     

De nos discussions et échanges, il ressort qu'un financement de 6 000 € est nécessaire :
  •  Construction d'un local en dur permettant de stocker les denrées en toute sécurité : 1 000 €
  • Constitution des stocks de départ de denrées de base : 5 000 €
Il est  convenu que les villageois participeront à la construction en fournissant la main d'oeuvre non spécialisée. Par contre, il sera fait appel à un entrepreneur pour les travaux plus spécialisés. Les matériaux nécessaires (ciment, palettes, tôles, ...) seront achetés à Agadez.  L'organisation et le suivi des travaux de construction seront assurés par le Président du Comité de Gestion. 
Les produits retenus par les villageois - mil/sorgho/haricots secs/huile - sont les produits de base de l'alimentation quotidienne des campements nomades : la bouillie de mil ou de sorgho au lait de chèvre, les haricots secs à l'eau ou à l'huile mélangés éventuellement à un légume séché (tomate, oignon). 
          
De la gestion de la banque céréalière
Gérer "en bon père de famille"
Nous avons mis en place la structure de gestion suivante : les villageois d'Awoudenine, représentés par le chef du village, délèguent leurs pouvoirs de gestion à un Comité de gestion  dont les membres ont été acceptés  par le chef du village.
Des missions du Comité de Gestion
Elles ont été définies en concertation avec les membres et consignées dans la convention de partenariat.

Du contrôle
Celui-ci est exercé par les deux commissaires aux comptes ainsi que par le chef du village qui reste le garant du bon fonctionnement de la banque céréalière auprès des villageois.


Le moment est venu .....de signer la CONVENTION de PARTENARIAT


                                     Le chef du village                            
                                                                                            Le président du Comité de Gestion


                      et nous, ...sous le regard de notre interprète !