LES PROJETS

                         RECONSTITUTION DU CHEPTEL CAPRIN


La problématique à la base du projet

A Awoudenine, la plupart des familles sont pauvres: leurs ressources sont faibles. Certaines, ne possèdent ni jardins ni chèvres pour améliorer le quotidien.                                              
"Si chaque famille disposait de 5 chèvres, elle pourrait vivre " nous disait Aboli lors de notre séjour à Awoudenine en mars 2007 !              
Or, il faut savoir que l'élevage de chèvres est une activité bien connue des Touaregs: : elle fait partie de leur vie de nomade. Dans le désert, ce sont les femmes, aidées des enfants, qui s'occupent des troupeaux de chèvres : il faut les conduire aux pâturages et aux puits, il faut les traire et fabriquer les fromages.



Le projet

Créer un cheptel selon la pratique traditionnelle du "Tiyit" :  il s'agit d'un prêt d'animaux, à plus ou moins long terme, accordé à un proche ou un allié potentiel : le bénéficiaire jouit des sous-produits, le croît revient au propriétaire. 

Cette coutume, nous l'avons adaptée comme suit :  la famille bénéficiaire jouit des sous-produits (lait, fromage, viande) et le croît revient au Comité de Gestion qui le gère en distribuant les cabris à de nouvelles familles. Chaque famille  bénéficiaire s'engage à remettre les cabris des deux premières portées au Comité de gestion; ce n'est qu'à la troisième portée que la famille pourra garder les cabris.

Ce système privilégie une aide participative (c'est avec EUX que nous voulons agir) et inscrit l'action dans la durée ( les familles doivent s'impliquer si elles veulent que le projet perdure).



La mise en oeuvre

Le chef du village  choisit les familles bénéficiaires : les critères sont définis par lui en collaboration avec le Comité de gestion (par exemple les plus pauvres ou les plus aptes à l'élevage).
le Comité de Gestion achète les chèvres au meilleur prix, les fait vacciner et les attribue aux familles bénéficiaires ; il  s'engage à appliquer le système du "tiyit" pour reconstituer le troupeau de chèvres comme expliqué ci-avant (convention d'engagement); il surveille et gère la distribution des cabris "en bon père de famille" et enfin, assure la gestion financière et administrative du projet.
En deux ans (de juin 2008 à juin 2010), nous prévoyons qu'Awoudenine pourrait disposer d'un troupeau de près de 150 chèvres.
Disposer d'un troupeau de chèvres signifie qu'il faut construire un enclos en banco pour assurer sa sécurité  ainsi que 4 hangars en bois et nattes pour stocker le fourrage qui permettra de le nourrir pendant la saison sèche. N'oublions pas non plus que des frais de vétérinaires sont inévitables.

Tous ces points sont abordés dans les courriers électroniques que nous échangeons avec Aboli, notre interprète auprès du Comité de Gestion.....puisqu'il n'est pas possible de se rendre à Awoudenine! 
  
De tous ces échanges, parfois difficiles mais toujours basés sur la confiance mutuelle, et en regard des devis reçus, il ressort qu'un financement de 7 750 € est nécessaire :
  • Achat de chèvres à un tiers des familles (2 chèvres par famille) :  3 000 €  
  • Construction d'un enclos en banco et de 4 hangars en bois et nattes : 2 750 €
  • Frais de vétérinaire et achat de nourriture complémentaire : 2 000 €
 
retour page d'accueil